—  16 mai 2018

La dernière loi de finances a été saignante pour les agences de l’eau avec 20% de leur budget prélevé au profit de l’Etat et d’autres opérateurs. A l’origine de cette ponction, Bercy aurait estimé que les agences sont assez riches pour payer le prix. On en parle dans cette nouvelle émission.

243 millions d’euros au profit de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), 37 millions d’euros pour l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), sans compter les 200 millions d’euros affectés aux caisses de l’Etat. Les agences de l’eau ont perdu une belle somme avec la dernière loi de finances votée à l’automne 2017 ! Ces établissements publics, qui sont à la fois sous tutelle du ministère de l’Environnement et de celui des Finances, vont dorénavant consacrer 20% de leur budget aux caisses de l’Etat et à ces deux opérateurs de l’environnement.

Perturbation du programme d’investissements des agences

De quoi perturber leur programme d’investissement pour la préservation de l’eau. La feuille de route des six agences est en effet fixée par des programmes d’actions de six ans, qui définissent leurs priorités, les modalités financières ainsi que les modalités d’intervention. Pour leur 10ème programme qui s’achève cette année, les agences ont par exemple estimé leurs dépenses à 13,3 milliards d’euros pour mener leur mission de distribution et d’épuration de l’eau, assurer la qualité des eaux et des milieux aquatiques et la préservation et la restauration de la biodiversité, compétences qui leur ont été ajoutées suite à la loi de reconquête de la biodiversité en 2016. Malgré la multiplicité des interventions des agences, curatives et préventives, et malgré que 2027 sera la dernière échéance pour la réalisation des objectifs de la directive cadre sur l’eau pour laquelle la France n’a pour le moment pas justifié de bons résultats, Bercy a décidé de puiser dans leurs caisses au prétexte que les agences « thésaurisent ».

De l’argent qui dort que l’Etat n’apprécie pas ? Reste que cette ponction budgétaire pourrait ébranler tout un système. Le principe tant vanté de « l’eau paye l’eau » est-il sur le point de s’effondrer en France ? Quel impact cette diminution budgétaire aura-t-elle sur le renouvellement des réseaux ? La qualité des eaux ? Les usagers en paieront-ils aussi le prix ?

Pour en parler, Marie Jo Sader reçoit sur ce nouveau plateau Actu-Environnement :

Bernard Barraqué
Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste de la ressource en eau et de sa gestion
Michel Dantin
Député européen du Parti populaire européen, maire de Chambéry et ancien président du comité de bassin Rhône-Méditerranée