—  2 juin 2017

Hier, le Président Trump a décidé de se retirer de l’Accord de Paris. Je le regrette profondément.

Cet accord historique, porté par la France, réuni l’ensemble des pays du monde autour d’un objectif commun : limiter la hausse des températures à 2°C. L’impact des activités humaines sur le réchauffement climatique fait aujourd’hui consensus dans la communauté scientifique. Il y a urgence à agir. La coopération et la confiance mutuelle entre nations du monde sont donc des prérogatives essentielles à cette démarche commune.

Par sa décision, le Président des États-Unis franchit une nouvelle étape dans l’isolement de son pays. Il expose les citoyens américains et toute la communauté internationale aux risques des dérèglements climatiques.

Pour l’heure, beaucoup d’incertitudes planent sur les modalités de retrait d’un État partie à l’Accord, et sur ses conséquences à moyen et long terme. Les États-Unis demeurent le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre.

Ne perdons pas espoir pour autant !

Saisissons d’abord les opportunités. La France et l’Union européenne doivent être les chefs de file de la transition vers une économie bas-carbone. Nous devons poursuivre nos efforts pour investir dans la recherche & l’innovation, développer les technologies qui feront le monde de demain, adopter des modes de vie plus respectueux de l’environnement. L’économie verte et bleue recèle un potentiel de croissance et d’emplois extraordinaires.

Protégeons aussi nos entreprises d’une concurrence déloyale. Les efforts « environnementaux » ne devraient pas pénaliser les acteurs européens face aux partenaires américains. L’Union européenne doit mettre en place les instruments de défense commerciale adaptés.

Je m’engage, en tant que membre des commissions de l’agriculture et de l’environnement du parlement européen, à poursuivre les objectifs de l’Accord de Paris.