—  6 février 2018

« La commission spéciale glyphosate est un tambour pour faire du bruit, certainement pas pour améliorer la santé des citoyens européens », a déclaré Michel Dantin, Député européen.

Mardi 6 février, les députés européens se prononceront en session plénière du parlement sur l’instauration d’une commission spéciale concernant la procédure d’autorisation des pesticides, en réponse aux inquiétudes suite à la ré-autorisation du glyphosate pour cinq ans.

« Les promoteurs de cette commission spéciale ont un train de retard car la Commission européenne va proposer au printemps des règles révisées de la procédure d’autorisation des pesticides dans l’UE », rappelle Michel Dantin.

« Les conclusions d’une telle commission n’interviendraient pas avant la fin 2018, en décalage total avec notre travail parlementaire », a-t-il ajouté.

La Commission a lancé une consultation publique le 23 janvier dernier sur « la transparence et la durabilité de l’évaluation des risques de l’Union dans la chaîne alimentaire », qui sera suivie d’une proposition législative en mai 2018.

« Cette commission n’aurait d’autre fonction que d’accorder une tribune médiatique aux détracteurs du modèle agricole européen, à l’approche des élections européennes de 2019 », a estimé l’eurodéputé.

« Je plaide pour un Parlement fort dans ses prérogatives de législateur et pragmatique dans la conduite de ses travaux. Laissons la justice faire son travail sur l’affaire des Monsanto Papers et concentrons-nous sur l’amélioration du droit européen, vraie garantie pour la santé de nos citoyens. Pour ma part, j’emploierai toute mon énergie à renforcer la procédure d’autorisation des substances pesticides, sur laquelle devra plancher le Parlement dès le printemps », a conclu Michel Dantin.