—  18 mai 2017

Après les réformes portuaire et ferroviaire adoptées à Bruxelles en décembre 2016, le député européen Renaud Muselier s’est félicité de l’adoption, aujourd’hui en session plénière, d’une résolution du Parlement européen sur les transports routiers dans l’Union européenne. « C’est un message fort envoyé à la Commission européenne, à quelques jours de la présentation de son paquet routier. Ce projet vise à étendre le travail d’harmonisation des législations européennes en matière de transports, au secteur routier ».

« Le paquet routier sera l’évènement politique des prochains mois au sein de la Commission transport et tourisme du Parlement européen. Résolution du problème du cabotage (camions qui roulent à vide), réduction de l’empreinte écologique, renforcement des contrôles contre les fraudes, lutte contre la concurrence déloyale sur l’ensemble du territoire européen : les enjeux sont majeurs. » a-t-il expliqué.

« Cette réforme est un véritable symbole face aux extrêmes qui accusent l’Europe de libéralisme sauvage. Non, l’Europe protège lorsqu’on sait s’en servir ! Notre ligne est restée la même : pas de libéralisation du secteur avant une harmonisation sociale des Etats-membres au préalable. Nous y veillerons de très près lors des négociations qui s’ouvriront fin mai »,  ont déclaré Renaud Muselier et Elisabeth Morin-Chartier, rapporteure au Parlement européen sur la révision de la directive sur les travailleurs détachés

 

—  11 mai 2017

La directive sur l’organisation des soins de santé transfrontaliers est une réussite ! C’est ce qu’a déclaré la Commission européenne, lors d’un échange de vues en commission parlementaire de l’environnement, le 3 mai dernier. Introduite en 2011, cette directive a pour objectif de garantir l’offre de soins pour les patients pris en charge dans un autre État membre. Pour un accident survenu pendant un séjour touristique par exemple. Dans une Europe où de plus en plus de patients reçoivent des soins dans d’autres pays de l’UE et où les praticiens travaillent dans plusieurs États membres, ce texte permet de clarifier le droit des patients et apporte un cadre de coopération permettant d’assurer l’offre de soins au-delà des frontières.

Suite au un premier examen de mise en œuvre de la directive, la Commission transmettra un rapport au Parlement européen d’ici octobre 2018. Il aura pour objectif de dresser un panorama global de la mise en œuvre de la directive dans les différents États membres, et mettra en avant les bonnes pratiques, les projets de coopération, mais aussi les cas violations. Les problèmes identifiés concernent notamment les remboursements réduits pour les soins à l’étranger, les tarifs défavorables pour les patients originaires d’autres États membres, les procédures administratives lourdes, et les problèmes en cas de recours contre un praticien. À la publication de ce rapport, la Commission formulera également des propositions pour améliorer la coopération dans les régions transfrontalières. (suite…)

—  23 mars 2017

Le 24 juin 2015, le Parlement européen a adopté le plus grand plan d’investissement mis en œuvre par l’Union européenne. Le « plan Juncker » a pour objectif de stimuler l’économie en comblant l’insuffisance d’investissement en Europe. Doté de 21 milliards d’euros, ce Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) est destiné à financer les secteurs porteurs de croissance comme le numérique, l’énergie, les réseaux de transports, la recherche, l’innovation ou encore l’éducation et la formation. Grâce à un effet de levier, il permettra de lever 315 milliards d’euros d’investissements supplémentaires dans les trois prochaines années, grâce aux fonds mobilisés par la Banque européenne d’investissement (BEI) et aux cofinancements publics et privés qui les compléteront. Avec 57 projets retenus, 4.1 milliards d’euros de financement approuvé par le groupe BEI et plus de 20 milliards d’euros d’investissement associés, la France est l’un des États membres de l’Union où les porteurs de projet se sont le mieux mobilisés. Plus de 1300 PME françaises ont également bénéficié d’un prêt à l’innovation. Cette vidéo présente les premiers projets soutenus par le plan Juncker et leurs impacts sur notre territoire.

la_france_et_ses_territoires_fr                      la banque europeenne d investissement en bref

        La Banque Européenne d'Investissement en bref

(suite…)

—  9 janvier 2017

L'eurodéputé Michel Dantin à l'écoute des agriculteurs du Massif Central

Pour « corriger ce qui ne marche pas » dans l’application de la Politique agricole commune (PAC 2014-2020), un texte, l’Omnibus, est en préparation. L’eurodéputé Michel Dantin, qui participe à sa rédaction, était hier en visite de terrain à Saint-Beauzire (Haute-Loire)

« Mon grand-père vendait son lait plus cher qu’aujourd’hui. Il vendait ses génisses grasses au boucher plus cher qu’aujourd’hui… Sans la PAC, il ne resterait plus beaucoup d’agriculteurs », résume Cédric Gauthier, éleveur à saint-Beauzire, en Haute-Loire.

(suite…)

—  1 décembre 2016

—  23 novembre 2016

Mobilisez-vous ce dimanche 27 novembre pour que François Fillon franchisse la ligne d’arrivée de la primaire de la droite et du centre !

—  24 octobre 2016
Canada and European Union relations concept with diagonally merged flags

Canada and European Union relations concept with diagonally merged flags

« Premier accord conclu entre l’UE et l’une des principales puissances économiques mondiales, le CETA offre à l’Europe l’opportunité de continuer à peser économiquement et culturellement dans le monde de demain. Ayons confiance en nos atouts car développer le commerce international avec nos partenaires, c’est promouvoir l’emploi et donner des opportunités à nos entreprises !» a estimé Michel DANTIN.

Cet accord très ambitieux permettra aux entreprises européennes de s’émanciper des coûts importants des barrières tarifaires et non-tarifaires et de faciliter leur accès aux marchés publics canadiens. La zone euro-canadienne deviendra de facto un des plus grands marchés économiques au monde grâce à une accélération des échanges de 25% et une croissance du PIB européen de 12 milliards d’euros.

« Pour les marchés agricoles, l’équilibre est toujours difficile à trouver entre les secteurs compétitifs à l’international en demande de nouveaux marchés pour exporter et ceux qui, de nature sensible méritent d’être protégés. À ce titre, le CETA peut servir d’exemple, souligne Michel DANTIN, « c’est un accord équilibré qui ne brade pas les intérêts des secteurs agricoles pour ceux de l’industrie. Au contraire, -ajoute-t-il- cet accord constitue un renouveau des négociations commerciales, avec la reconnaissance du système français, et aujourd’hui européen, des indications géographiques qui n’ont jamais aussi bien été protégées dans un accord commercial. C’est une vraie réussite pour l’Union Européenne» s’est réjoui le député européen.

Alors que la procédure de ratification rencontre des difficultés du fait de la résistance de la Wallonie, le député européen a souhaité revenir sur la campagne de désinformation menée depuis des mois : « Ne soyons pas naïfs, ce type d’accord est le fruit d’un compromis et il contient des points très positifs et des points moins satisfaisants pour l’Union Européenne, mais avant tout il vise à aménager la mondialisation. Il est néanmoins très important de déconstruire les arguments faciles fondés sur la peur des citoyens d’une mondialisation sauvage. Certains ONG et partis politiques ont mené depuis des mois une véritable cabale, qui a empêché les citoyens d’avoir un débat apaisé sur cet accord qui, ne l’oublions pas, vise à renforcer les liens présents entre l’UE et le Canada, une grande démocratie proche de nos valeurs ».

« Le CETA sera en outre un test supplémentaire pour l’Union européenne, car si les État Membres n’approuvent pas cet accord, c’est toute la politique commerciale européenne qui sera mise en péril. Dans un monde en constante globalisation, l’Union européenne doit trouver des alliés de taille, permettant de faire face aux géants grandissants des pays tiers. » a conclu Michel DANTIN.

 

 

—  13 septembre 2016

Les députés européens ont adopté aujourd’hui leur position sur la stratégie macro-régionale alpine (SUERA), dont l’objectif est de mieux articuler la répartition des fonds structurels européens et des financements nationaux et régionaux entre sept pays européens, dont cinq États membres de l’Union européenne et 48 régions, afin de renforcer la cohésion économique, sociale et territoriale du massif alpin.

« Les stratégies macro-régionales apportent une véritable valeur ajoutée européenne en permettant de coordonner les initiatives de villes et de régions issues de différents pays et qui partagent un massif, un fleuve ou encore un bassin maritime. Sans créer de bureaucratie inutile, elles constituent un instrument privilégié au service des territoires pour répondre à certains défis communs qui dépassent les frontières nationales », a expliqué Marc Joulaud, député européen (LR, PPE, Fr), membre de la commission du Développement régional au Parlement européen.

« La montagne crée trop souvent des barrières supplémentaires au travail en commun ! Avec cette nouvelle stratégie, elle unira les citoyens alpins pour relever plusieurs défis, notamment en termes d’interconnexions en matière de transports et de couverture numérique, d’innovation et d’adaptation au changement climatique. Cette stratégie doit rester un outil utilisé par les villes et les régions alpines qui souhaitent développer ensemble des projets concrets, un territoire équilibré et répondre aux aspirations des populations locales », a déclaré Michel Dantin, député européen (LR, PPE, Fr) et maire de Chambéry. (suite…)

—  26 août 2016

Retrouvez ma dernière lettre d’information L’Europe en Grand Sud Est N°13-Juillet 2016

 

—  2 juin 2016

« Alors que l’Europe est confrontée à une multitude de crises et à un manque de leadership, nous voulons réaffirmer que nous croyons en l’Union européenne, en son utilité et en son avenir. En choisissant de nous réunir à Nice, nous souhaitons envoyer un message clair : la France doit être à la manœuvre pour donner un nouvel élan au projet européen », a déclaré Alain Lamassoure, député européen (LR/Île-de-France), Président de la délégation française du Groupe PPE, lors des journées d’études du Groupe PPE qui se tiennent du 1er au 3 juin.

Cet événement est l’occasion pour l’ensemble des députés européens de la droite et du centre-droit de débattre avec des responsables politiques français et européens, des experts en géopolitique ou en économie.

« Nous souffrons d’un grave recul de l’influence française au sein de l’Union. François Hollande s’est montré incapable de s’imposer sur la scène européenne et a affaibli le couple franco-allemand. Nous avons besoin d’un chef d’État courageux qui ait une vraie vision pour l’Europe et replace notre pays au cœur du projet européen », a indiqué Françoise Grossetête, députée européenne (LR/Sud-Est), Vice-présidente du Groupe PPE.

Pour Renaud Muselier, député européen (LR/Sud-Est), Vice-président de la région PACA : « l’Europe ne fait plus rêver. Il faut donc rappeler ses réussites concrètes. Elle est bien plus proche de nous qu’on ne le pense, lorsqu’elle s’occupe à bon escient de protection des consommateurs, d’aide aux PME innovantes ou encore du financement d’infrastructures dans nos territoires méditerranéens ». (suite…)

—  28 avril 2016

Débats sur la stratégie de l’Union européenne pour la région alpine

Le 22 avril 2016, à l’Università degli studi de Turin, le Bureau d’information du Parlement européen de Marseille, qui couvre la circonscription du Sud-Est (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse) et les Bureaux d’information du Parlement européen de Rome et Milan organisent une journée sur la Stratégie de l’Union européenne pour la région alpine (SUERA), également connue sous le nom de « Région macro-alpine ». Ce débat a été organisé en partenariat avec la Représentation de la Commission européenne en Italie, l’Université de Turin et son Département Culture, Politique et Société, Europe Direct Turin et Città metropolitana de Turin.

(suite…)

—  11 janvier 2016

Retrouvez ma dernière lettre d’information

« L’Europe en Grand Sud-Est » (N°12 – décembre 2015)

N°12 - décembre 2015

 

 

 

—  14 octobre 2015

Le 5 octobre dernier, j’ai eu le plaisir d’accueillir au Parlement européen de Strasbourg une classe de lycéens de La Roche sur Foron (74). Ils ont pu découvrir le fonctionnement des institutions européennes et assister à une session plénière.

Visite lycéens La Roche sur Foron au PE Strasbourg 5.10.2015

—  12 octobre 2015

Un peu plus d’un an après mon élection, j’étais de retour sur le terrain en Corse. 

En Haute Corse, j’ai pu rencontrer des agriculteurs membres d’une organisation de producteurs de la filière agrumes près de Bastia et Aléria. Nous avons travaillé et échange sur l’IGP Clémentine de Corse et les productions sous signe de qualité ainsi que sur les défis liés à l’insularité, notamment en matière de transport.

 20151009_155046 20151009_153901

J’ai souhaité également échanger avec les acteurs syndicaux et administratifs agricoles sur la mise en œuvre de la nouvelle politique agricole commune, dont j’ai été le rapporteur, et sur les difficultés qu’ils rencontrent.

20151009_180905 20151010_095827

En Corse du Sud, je me suis rendu à la rencontre des acteurs économiques pour évoquer la situation de l’économie corse, toujours fragile. Enfin, j’ai pu lors d’une réunion publique échanger avec les élus locaux et les militants de ma famille politique sur les différentes crises auxquelles l’Europe fait face : crise migratoire, crise économique et crise agricole. Il est essentiel de faire un travail de pédagogie auprès des citoyens sur l’action au niveau européen et d’apporter des réponses claires et concrètes hors de tout populisme et raccourcis.

20151010_154820 20151010_171847

Je remercie les Corses pour leur accueil chaleureux et les échanges enrichissants et francs que nous avons pu avoir, si nécessaires et utiles pour la mission qui est la mienne de défendre les intérets francais et des citoyens de la circonscription Sud-Est à Bruxelles comme à Strasbourg.