—  28 juin 2017

«Je suis choqué par la teneur des scénarios présentés aujourd’hui par la Commission européenne dans le cadre du document de réflexion sur l’avenir des finances de l’UE. Sur cinq scénarios, quatre prédisent une baisse significative du budget agricole européen alors que le scénario restant, c’est à dire l’augmentation des ressources de l’Union et de la Politique agricole commune, est malheureusement peu crédible », a expliqué Michel Dantin (eurodéputé LR, PPE, Fr).

 « Dans ce débat, il convient de rappeler quelques vérités : la Politique agricole commune est encore à ce jour la politique la plus intégrée et aboutie de l’Union européenne. La PAC est par essence une politique européenne puisque les pères fondateurs ont fait le choix en 1962 de mutualiser les efforts agricoles nationaux et il n’existe plus aujourd’hui de politiques agricoles nationales stricto-sensu. Bien que cette politique représente 37% du budget européen, ce chiffre n’équivaut qu’à 0,6% des dépenses publiques européennes totales, soit 32 centimes par citoyen et par jour. Ces 32 centimes garantissent une production de produits agricoles de haute qualité, sains et sûrs pour 500 millions d’Européens, et font de l’Union européenne une puissance exportatrice et souveraine sur le plan alimentaire. Ces 32 centimes ont également permis l’aménagement et le développement rural de nos territoires ».

 « Alors que nos principaux concurrents (États-Unis, Inde, Chine et Brésil) ont, au cours des dernières années, augmenter leur soutien stratégique à l’agriculture et que les premières discussions sur le futur de la politique agricole commune s’engagent, ce document de réflexion est un très mauvais signal », a ajouté le député européen.

 « Je compte défendre bec et ongle le budget de l’agriculture, élément essentiel d’une politique agricole commune ambitieuse et efficace », a conclu Michel Dantin.