—  2 mai 2018

« Le Commissaire Oettinger s’apprête à annoncer une baisse de 9,5% du soutien direct aux revenus des agriculteurs et des mesures de marchés en euros courants. C’est une très mauvaise nouvelle ».

« Avec une coupe de près de 3,9 milliards euros en moyenne par an sur la période (dès la première année, le budget passerait à 40,5 milliards d’euros en 2021 à UE27 contre 44,1 milliards d’euros en 2020 à UE28), la Politique Agricole Commune sera amputée de plus de 100% de sa part liée au coût du Brexit (estimée à 2,7 milliards d’euros – 19 milliards sur la période budgétaire). Pire, la PAC va être sabordée pour financer d’autres politiques. La Commission utilise en effet des arguties budgétaires pour avancer masquée : en exprimant la baisse budgétaire en euros courants, elle cache la baisse annuelle liée à l’inflation qui automatiquement mènera à une baisse supplémentaire des paiements directs de 5,8% en 2022, 7,6% en 2023….jusqu’à 15% en 2027.

C’est un hold up organisé, le casse du siècle à hauteur de 8,5 milliards d’euros.

Je suis sidéré par ces annonces qui, à terme, conduiront à une baisse dans les mêmes proportions des revenus agricoles en France et en Europe et à un abandon total des campagnes. Je ne parle même pas des faillites et autres situations précaires que ces baisses vont engendrer.  La Commission est irresponsable: alors qu’elle entend demander aux agriculteurs de faire des efforts supplémentaires en termes de protection de l’environnement, elle leur inflige une double peine : augmentation de leurs coûts de production et baisse des aides ».

« Malheureusement, la France n’a pas été suffisamment claire jusqu’à présent et les agriculteurs en paient l’addition. J’en appelle au Président de la République et au gouvernement français de refuser cette proposition inique. Je m’emploierai au Parlement européen à la combattre ».