—  1 février 2018

Après des mois de négociations, la Commission européenne pourrait officialiser des concessions supplémentaires aux pays du Mercosur, avec notamment une augmentation à 99 000 tonnes du contingent accordé de viande bovine, prix à payer pour semble-t-il clore un accord au profit des secteurs industriels européens. Ce chiffre, quasiment irréel, est en contradiction avec les annonces faites par les négociateurs européens devant la Commission Agriculture du Parlement européen il y a quelques mois.

Je dénonce une telle concession alors même que, suite au scandale sanitaire de viande bovine de mars 2017, un audit de la Commission européenne est en cours au Brésil, principal producteur de viande bovine du bloc.

Je dénonce une telle concession alors même que nous ne disposons d’aucune clarté sur l’impact commercial du Brexit en mars 2019, notamment sur le sort des 2 millions de tonnes de viande bovine fournies par les pays de l’UE au Royaume-Uni.

Enfin, je dénonce une telle concession sans la moindre proposition de mesures de compensation pour les secteurs agricoles sacrifiés.