Actus générales

Un partenariat ambitieux avec le Royaume-Uni après le Brexit.

—  3 août 2018

Retrouvez la tribune de Michel Barnier, négociateur en chef pour la Commission européenne, Un partenariat ambitieux avec le Royaume-Uni après le Brexit.

Tribune de Michel Barnier, chef de la négociation avec le Royaume-Uni pour la Commission européenne
Le Royaume-Uni quittera l’Union européenne le 29 mars 2019. Nous regrettons son départ, mais nous respectons sa décision souveraine. Notre tâche est maintenant d’organiser les modalités du retrait du Royaume-Uni des institutions et des politiques de l’Union européenne. Nous devons également nous tourner vers l’avenir.

Après le Brexit, l’UE restera un acteur majeur sur la scène internationale, avec 440 millions de citoyens et l’une des plus grandes économies mondiales. Le Royaume-Uni est membre de l’UE depuis 45 ans : nous partageons des valeurs communes et un certain nombre d’intérêts communs. Le Royaume-Uni, membre du G7 et du Conseil de sécurité des Nations unies, peut être un partenaire important de l’UE sur les plans économique et stratégique. Dans le contexte géopolitique actuel, nous avons intérêt non seulement à renforcer le rôle de l’UE dans le monde, mais aussi à coopérer avec le Royaume-Uni en tant que partenaire proche.

Comment parvenir à un nouveau partenariat ?

Premièrement, nous devons veiller à ce que la sortie du Royaume-Uni soit ordonnée. Nous sommes déjà d’accord sur 80 % de l’accord de retrait. Nous protégerons les droits de plus de 4 millions de citoyens de l’UE résidant au Royaume-Uni et de citoyens britanniques résidant dans l’UE. Il s’agissait de notre première priorité et d’un point de vigilance essentiel pour le Parlement européen. Le Royaume-Uni a également accepté d’honorer tous les engagements financiers pris en tant que membre de l’UE. Une période de transition de 21 mois donnera aux entreprises et aux administrations le temps de s’adapter, puisque le Royaume-Uni restera membre du marché unique et de l’union douanière jusqu’au 31 décembre 2020. (suite…)

[COMMUNIQUE] Réforme de la PAC post 2020 – Michel Dantin rejoint l’équipe de négociation du PPE

—  6 juillet 2018

Michel Dantin a été nommé rapporteur pour le Groupe PPE sur deux des trois règlements proposés par la Commission européenne dans le cadre de la réforme de la Politique Agricole Commune post-2020. Il sera notamment en charge de la réforme de l’organisation commune des marchés et des règles financières et de contrôle de la PAC.

« Le PPE est enfin en ordre de marche ! Je tiens à féliciter ma collègue Esther Herranz Garcia, désignée rapporteur sur les plans stratégiques de la PAC. Compte tenu de l’imbrication des dossiers, nous travaillerons de concert pour améliorer la proposition de la Commission européenne et restaurer le caractère commun de cette politique » a déclaré Michel Dantin.

« La Politique Agricole Commune est avant tout une politique économique et la gestion des marchés en fait partie. Cet aspect est bien trop négligé dans le cadre de la proposition du Commissaire Phil Hogan et les propositions sur la réserve de crise agricole trop timides. Il me paraît également essentiel de développer les programmes opérationnels sectoriels et de préserver les avancées en matière de droit de la concurrence, obtenus en 2017 dans le cadre de la révision à mi-parcours de la PAC (règlement « Omnibus »). Enfin, les agriculteurs attendent de nous une réelle simplification des règles. Nous devons sortir des contrôles tatillons et rendre à l’agriculteur sa liberté d’action. Beaux défis en perspective ! » a ajouté le député européen.

« Caractère commun de la PAC, économie agricole et simplification seront les aspects fondamentaux de mon action » a conclu Michel Dantin.

[COMMUNICATION] Bilan des députés français du #GroupePPE depuis mai 2014

—  14 juin 2018

A moins d’un an des élections européennes de 2019, retrouvez le bilan des actions des députés européens de la délégation française du Groupe PPE depuis mai 2014.


Investissements dans des secteurs stratégiques grâce au Plan Juncker, sécurité renforcée avec la création du Corps européen de garde-côtes et garde-frontières Frontex, Europe de la défense, défense de l’agriculture de la ruralité, commerce mondial, lutte contre la concurrence déloyale en Europe et à l’international…Chaque jour, nous agissons pour une Europe qui vous protège !

[PRESSE] Huile de palme : « La France fait sourire par sa tentation à rajouter ceintures et bretelles à toute réglementation »

—  14 juin 2018

franceinfo Radio France

Mis à jour le 
publié le 

Huile de palme : « La France fait sourire par sa tentation à rajouter ceintures et bretelles à toute réglementation »

Treize raffineries et dépôts de carburants sont le théâtre de manifestations par les agriculteurs à l’appel de la FNSEA, en opposition à l’importation d’huile de palme en France.

Une plantation de palmiers à huile en Idonésie (ADEK BERRY / AFP)

De l’huile de palme va être importée cet été à la raffinerie de La Mède(Bouches-du-Rhône), en vertu d’un accord signé entre le groupe Total et le gouvernement précédent. Une situation qui provoque la colère de la FNSEA : les militants du syndicat agricole manifestaient devant 13 dépôts de carburants en France lundi 11 juin. À La Mède, un blocage a été finalement levé lundi à la mi-journée.

Sur franceinfo, le député européen Michel Dantin a dénoncé l’hypocrisie de l’État français. « Ce qui est paradoxal dans la position du gouvernement français, c’est qu’il est le premier à combattre la déforestation dans les accords internationaux, or on sait bien que la production d’huile de palme est la cause de la déforestation », a-t-il déploré.

« La France fait sourire en Europe par sa tentation naturelle à rajouter ceintures et bretelles à toute réglementation » a ajouté Michel Dantin, membre de la commission agriculture au Parlement européen. Celui-ci se trouve face à un « blocage » car « la France en particulier s’oppose à la non-introduction de l’huile de palme en Europe », a expliqué Michel Dantin.

(suite…)

[PRESSE] Agriculture française ou huile de palme: le gouvernement à l’heure de vérité

—  11 juin 2018

« Défendrez-vous l’agriculture française ou l’huile de palme importée Monsieur le Ministre ? », a déclaré Michel Dantin, Député européen, en amont de la dernière série de négociations interinstitutionnelles qui se déroulera cette semaine au sujet de la révision de la directive sur les énergies renouvelables.

Parlement européen, Conseil des Ministres et Commission se réunissent à Strasbourg pour les dernières négociations de trilogue, afin de trouver un accord global sur le texte, notamment sur l’épineuse question des biocarburants issus de culture. En France, FNSEA et JA ont entamé dimanche le blocage des raffineries qui importent de l’huile de palme pour produire du biodiesel.

« Alors la France et l’Europe disposent d’un fort potentiel en matières de cultures protéiques, qui permettent à la fois de produire des huiles végétales et de répondre au déficit européen en protéines animales, le gouvernement français et Nicolas Hulot défendent l’importation d’huile de palme de pays tiers, c’est incompréhensible, a réagi l’Eurodéputé. « Au Parlement européen, nous nous sommes prononcés pour l’interdiction de l’huile de palme dans la production des biocarburants ».

« Où sont passés les bonnes intentions du Ministre à l’environnement et le modèle d’agriculture responsable qu’il prône ? Les agriculteurs français doivent se conformer à des normes de production toujours plus strictes, mais ce sont les produits importés des pays tiers répondant à des normes de qualités inférieures qui sont favorisés sur notre marché, a regretté Michel Dantin. « Ce double discours et cette absence de réciprocité sont intenables », a-t-il ajouté.

« J’attends du gouvernement qu’il clarifie sa position sur l’huile de palme et qu’il protège enfin notre agriculture », a conclu Michel Dantin.

Retrouvez mon intervention sur Franceinfo dans « blocage des agriculteurs » à partir 15:11:45 jusqu’à 15:17:16