Actus générales

Crise laitière : « Je resterai vigilant sur les détails de la mise en œuvre du plan d’aide annoncé par le Commissaire européen à l’Agriculture »

—  19 juillet 2016

Dans le cadre du débat de ce matin en commission de l’Agriculture du Parlement européen, le Commissaire européen à l’Agriculture a apporté des clarifications sur les mesures qu’il a annoncées au Conseil des Ministres hier. Ces dernières vont dans la bonne direction et actent pour la première fois une véritable volonté de réguler la production au niveau européen, ce que nous demandions depuis des mois.

La Commission européenne propose de mobiliser 150 millions d’euros pour soutenir la réduction de la production laitière au niveau européen au dernier trimestre 2016, les dossiers devant être déposés en septembre. En outre, pour faire face aux besoins des différents secteurs agricoles, 350 millions de crédits supplémentaires seront mis à disposition des États membres (49,9 millions pour la France).

Je serai extrêmement attentif aux critères d’attribution de l’enveloppe de 350 millions d’euros qui vise à faire face aux besoins de trésorerie des petites exploitations et qui doit être conditionnée aux objectifs de gestion de crise. En aucun cas, cette enveloppe  devra être utilisée par les États membres pour augmenter la production laitière. En tant que rapporteur sur les actes délégués de l’organisation commune des marchés, je défendrai cette ligne dès septembre au fil de mes contacts avec la Commission européenne. (suite…)

Mon intervention sur le règlement mercure

—  19 juillet 2016

20202_shutterstock_70646686Je suis intervenu, en tant que Rapporteur sur la révision du règlement mercure pour le groupe PPE, lors du premier échange de vues en commission de l’environnement.

Dans le cadre de cette réforme, je souhaite un renforcement des mesures de protection sanitaire et environnementale sur l’intégralité du cycle de vie du mercure. Rappelons que le mercure est un métal extrêmement toxique et un polluant très résistant lorsqu’il est mal géré. Nous l’utilisons toutefois dans l’industrie en raison de ses propriétés uniques.

Je milite donc pour l’utilisation des alternatives sans mercure dans les processus de production et pour un encadrement plus stricte du recours à l’amalgame dentaire. Je défends également un traitement plus sûr des déchets et un stockage en site sécurisé.

Dès la rentrée, j’entamerai les discussions avec mes collègues des autres groupes politiques afin de définir la position du Parlement européen, avant les négociations avec le Conseil des ministres.

Ma réaction au plan de soutien au secteur agricole

—  18 juillet 2016

« Le paquet de mesures proposé par le Commissaire HOGAN, bien qu’allant dans la bonne direction, évoque un sentiment amère : trop peu et trop tard ! » a déclaré Michel DANTIN.

Annoncé le 18 juillet, le plan d’aides propose notamment de mobiliser 150 millions d’euros pour soutenir la réduction volontaire de la production laitière au niveau européen via un système d’enchères et de débloquer 350 millions d’euros supplémentaires en faveur des États membres pour qu’ils fassent face aux besoins des différents secteurs agricoles en crise. La France bénéficiera à ce titre de 49,9 millions d’euros.

« Il est clair que la mobilisation d’un soutien de 150 millions à la réduction volontaire de la production laitière est une bonne nouvelle car il s’agit de la seule mesure pouvant enclencher une hausse durable des prix. Mais est-ce bien suffisant, alors même que le Parlement européen réclame ce type de mesures depuis des mois et que les marges budgétaires pour 2016 sont dix fois supérieures ? » a ajouté le Député européen.

« La Commission européenne en essayant d’atteindre un équilibre difficile entre les États-Membres et les différents secteurs agricoles, perd de vue l’efficacité : le compte de l’équation mène de nouveau à un saupoudrage d’argent public. L’enveloppe de 350 millions rappelle les errements de septembre dernier qui n’a eu aucun effet sur le prix. Pour utiliser cet argent utilement, ces crédits doivent être conditionnés à des mesures de sortie de crise : je propose de mettre en place un programme de soutien à la cessation d’activité et aux retraites anticipées, afin de permettre aux éleveurs qui n’en peuvent plus, de partir dignement » a déclaré Michel DANTIN.

« Le Parlement se prononcera sur les actes de mise en œuvre que la Commission européenne lui proposera dans les prochaines semaines, mais je préviens qu’en tant que rapporteur, je serai critique dans mon analyse » a conclu le rapporteur sur les actes de mise en œuvre de l’Organisation commune des marchés agricoles.

 

Face à l’horreur : soutien et solidarité des Chambériens

—  15 juillet 2016

En tant que Maire de Chambéry et Député européen, voici le message que j’ai envoyé au Maire de Nice :

« Des liens historiques unissent nos deux villes.

Les Chambériennes et les Chambériens se sentent donc particulièrement concernés par le drame horrible qui frappe votre ville, ses habitants et ses nombreux touristes.

Aucun mot ne traduit la réalité de nos sentiments en ces heures dramatiques.

Nous nous inclinons devant les nombreuses morts dans cet attentat et pensons aux blessés et aux familles.

En visant Nice, c’est la France une nouvelle fois qui est est atteinte.

La France n’a jamais accepté dans son histoire de se soumettre. Comme hier, les Français ne céderont pas.

Je vous adresse au nom de la Ville de Chambéry l’expression de notre solidarité et vous présente nos très sincères condoléances ainsi qu’aux familles des victimes. »

Infographie – Les chiffres de la Politique Agricole Commune 2014 – 2020

—  13 juillet 2016

Excellente infographie du média EurActiv’ sur la Politique Agricole Commune 2014-2020 et la contribution environnementale de cette politique au titre des aides directs et du soutien au développement rural.

Infographie PAC 2014-2020 - 1Infographie PAC 2014-2020 - 2 (suite…)

Les premières conséquences concrètes du Brexit sur l’économie

—  6 juillet 2016

(AFP) Immobilier, commerces, emplois, livre sterling: près de deux semaines après la décision historique des Britanniques de quitter l’UE, les craintes sur l’impact économique du Brexit commencent à se matérialiser.

DEBUT DE PANIQUE DANS L’IMMOBILIER

Le Brexit n’a pas mis longtemps à toucher de plein fouet ce secteur fondamental de l’économie britannique, en plein boom ces dernières années. Incapables de faire face aux demandes d’investisseurs apeurés désirant récupérer leurs parts, trois fonds de Standard Life, d’Aviva Investors et de M&G Investments gérant au total plus de 9 milliards de livres d’actifs dans l’immobilier commercial (bureaux, magasins…) ont été contraints de fermer temporairement. Signe inquiétant, ce phénomène n’avait plus été vu depuis la crise de 2008.

Résultat, les valeurs immobilières et les groupes financiers exposés à l’immobilier ont chuté ces derniers jours à la Bourse de Londres.

Mais au-delà de la Bourse et de ces montages financiers complexes, c’est tout le secteur de la construction qui est grippé. Premier indicateur publié pour juin, mois du référendum du 23 juin, l’indice PMI de la construction s’est contracté pour la première fois depuis mi-2013 et à un rythme qui n’avait plus été enregistré depuis 2009, lors du krach immobilier provoqué par la crise financière.

LES BRITANNIQUES BOUDENT LE SHOPPING

En pleine période de soldes, les Britanniques ont quelque peu déserté les magasins. Selon des chiffres publiés par le cabinet Springboard, la fréquentation des « high streets » (grandes artères commerçantes) a chuté de 11% mardi 28 et mercredi 29 juin par rapport à la même période de l’année précédente. « L’attention des gens a été détournée du shopping et ils sont peut-être inquiets avec toute cette incertitude autour de ce que nous allons devenir », a déclaré Diane Wehrle de Springboard.

Plus globalement dans l’ensemble du secteur des services, prépondérant dans l’économie britannique, les premiers signaux sont négatifs. L’indice PMI du secteur, publié mardi, a montré un net ralentissement en juin, de nombreuses entreprises ayant repoussé ou annulé leurs commandes en raison de l’incertitude entourant le Brexit. Même si la période étudiée couvrait surtout les jours d’avant le vote, ce ralentissement pourrait, selon le cabinet Markit qui publie cet indice, entraîner un coup de frein de la croissance à 0,2% au deuxième trimestre contre 0,4% au premier.

(suite…)


Twitter

La Savoie a perdu un de ses plus grands capitaines d’industrie avec le décès de Maurice Opinel qui s'est éteint hier à Chambéry.