Actus générales

Le retour des loups passe mal auprès des éleveurs

—  18 mai 2018

A retrouver en ligne sur https://www.euractiv.fr/ Le retour des loups passe mal auprès des éleveurs

Le retour des loups inquiète surtout en France et en Allemagne. [Shutterstock]

 

Eleveurs et eurodéputés se sont réunis à Bruxelles pour dénoncer la politique européenne vis-à-vis des loups et réclamer une nouvelle stratégie. La position de la Commission européenne,  très acquise à la cause des grands carnivores, contrarie les éleveurs.

Élus nationaux, eurodéputés et représentants des chasseurs et éleveurs se sont réunis au Parlement européen, le 15 mai, pour parler de loups. Les institutions européennes, Commission en tête, sont souvent accusées d’adopter une position dogmatique sur les grands mammifères, s’inquiétant davantage du bien-être des loups que de celui des élevages, quitte à mettre l’animal au-dessus de l’humain selon les anti-loups.

« Ce n’est pas vrai », a répliqué Karmenu Vella, commissaire européen à l’environnement, qui assure que la Commission suit de près le dossier, sans position manichéenne. « Nous ne pouvons pas sortir une baguette magique et effacer tous les problèmes liés au loup. »

Pour lui, les problèmes se posent avant tout dans des zones où les grands prédateurs ont disparu pendant des années, et où les éleveurs ont donc abandonné leurs pratiques de protection et de prévention. Il a également souligné la possibilité des Etats de mettre en place des mesures de gestion des populations.

Il a aussi assuré l’assemblée de la volonté de la Commission de tout faire pour promouvoir des solutions locales, et aider les éleveurs à gérer la présence du loup, faisant référence à des dizaines de projets en ce sens, notamment dans le cadre du programme LIFE.

Des propos mal accepté dans une salle qui s’est furieusement opposée à lui quand il a proposé de se servir de cette présence pour promouvoir le tourisme local, par exemple. Il a fini par quitter la salle sous les huées. (suite…)

[INTERVENTION] Echanges de vues sur la Directive réglementant les pratiques commerciales déloyales

—  17 mai 2018

Dans le cadre du premier échange de vues sur la directive contre les pratiques commerciales déloyales, j’ai souhaité poser deux questions principales à la Commission européenne et proposer deux pistes de travail aux rapporteurs.

(suite…)

[COMMISSION] Echange de vues sur la mission d’audit au Brésil suite aux scandales sanitaires

—  17 mai 2018

Retrouvez l’échange de vues que nous avons mené cette semaine en Commission Agriculture sur la mission d’audit sanitaire que nous avons mené au Brésil débat avril afin de déterminer si les scandales sanitaires récents en viande bovine et de volaille sont des problèmes systémiques ou ponctuel du système de contrôle sanitaire brésilien.

[INTERVIEW] Qui veut la peau des agences de l’eau? Actu Environnement

—  16 mai 2018

La dernière loi de finances a été saignante pour les agences de l’eau avec 20% de leur budget prélevé au profit de l’Etat et d’autres opérateurs. A l’origine de cette ponction, Bercy aurait estimé que les agences sont assez riches pour payer le prix. On en parle dans cette nouvelle émission.

243 millions d’euros au profit de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), 37 millions d’euros pour l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), sans compter les 200 millions d’euros affectés aux caisses de l’Etat. Les agences de l’eau ont perdu une belle somme avec la dernière loi de finances votée à l’automne 2017 ! Ces établissements publics, qui sont à la fois sous tutelle du ministère de l’Environnement et de celui des Finances, vont dorénavant consacrer 20% de leur budget aux caisses de l’Etat et à ces deux opérateurs de l’environnement.

Perturbation du programme d’investissements des agences

De quoi perturber leur programme d’investissement pour la préservation de l’eau. La feuille de route des six agences est en effet fixée par des programmes d’actions de six ans, qui définissent leurs priorités, les modalités financières ainsi que les modalités d’intervention. Pour leur 10ème programme qui s’achève cette année, les agences ont par exemple estimé leurs dépenses à 13,3 milliards d’euros pour mener leur mission de distribution et d’épuration de l’eau, assurer la qualité des eaux et des milieux aquatiques et la préservation et la restauration de la biodiversité, compétences qui leur ont été ajoutées suite à la loi de reconquête de la biodiversité en 2016. Malgré la multiplicité des interventions des agences, curatives et préventives, et malgré que 2027 sera la dernière échéance pour la réalisation des objectifs de la directive cadre sur l’eau pour laquelle la France n’a pour le moment pas justifié de bons résultats, Bercy a décidé de puiser dans leurs caisses au prétexte que les agences « thésaurisent ».

De l’argent qui dort que l’Etat n’apprécie pas ? Reste que cette ponction budgétaire pourrait ébranler tout un système. Le principe tant vanté de « l’eau paye l’eau » est-il sur le point de s’effondrer en France ? Quel impact cette diminution budgétaire aura-t-elle sur le renouvellement des réseaux ? La qualité des eaux ? Les usagers en paieront-ils aussi le prix ?

Pour en parler, Marie Jo Sader reçoit sur ce nouveau plateau Actu-Environnement :

Bernard Barraqué
Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste de la ressource en eau et de sa gestion
Michel Dantin
Député européen du Parti populaire européen, maire de Chambéry et ancien président du comité de bassin Rhône-Méditerranée

[LOUP] Conférence interparlementaire sur la prédation du loup – Mardi 15 mai

—  11 mai 2018

Mardi 15 mai, je suis à l’initiative d’une conférence interparlementaire sur la prédation du Loup avec mon collègue José Bové et 8 autres Députés européens de France, d’Italie, d’Allemagne, d’Espagne et des Pays-Bas.

En présence du Commissaire européen à l’environnement Karmenu Vella, ce grand débat inédit rassemblera 80 parlementaires européens et nationaux pour échanger sur la gestion du loup en Europe et les conséquences de la prédation sur les élevages. Plus de 45 parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat seront présents.

Les temps forts de la conférence :

Un discours du Commissaire européen à l’environnement Karmenu VELLA
Trois panels de discussions thématiques avec des experts
• Dont un panel consacré à la clarification du droit européen en matière de protection du loup, notamment au regard des obligations qui découlent de la convention de Berne et des flexibilités accordées par la Directive Habitat
Un débat interparlementaire avec 80 membres du Parlement européen et de Parlements nationaux ou régionaux, en présence du Directeur de la DG Environnement de la Commission européenne, en charge de la directive Habitat
• La conférence sera disponible en direct en webstreaming

Retrouvez l’affiche et l’agenda de la conférence:

Draft agenda – interparliamentary conference on wolf predation – 15 May (009)


A venir : lien webstreaming pour suivre en direct le débat et revoir la vidéo

[LOUP] Protection du Loup et prédation sur les élevages – contexte

—  11 mai 2018

Le Canis Lupus est une espèce strictement protégée au titre de l’annexe IV de la directive européenne Habitat (1992), qui elle-même met en œuvre la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe a été signée en 1979 et ratifié par la France en 1990. Depuis les années 1990, le loup s’est réintroduit sur le continent européen. Sa population est estimée à 18 000 spécimens, dont 360 spécimens en France selon le comptage officiel de l’ONCFS.

Depuis le milieu des années 2000, la filière de l’élevage est confrontée à une forte augmentation des attaques de loups sur les troupeaux, qui menace la pérennité de l’activité et les nombreuses filières en aval. Les régions montagneuses, notamment le sud-est de la France, sont particulièrement concernées par les attaques de loups. En dix ans, le nombre de bêtes tuées en France est passé de 2500 en 2007 à 12 000 en 2017. Ce chiffre ne cesse de croître d’année en année. Le nombre d’exploitations ovines est passé de 95 000 en 2010 à 70 000 en 2016. En 2017, le coût de la politique loup et des indemnisations aux éleveurs en France a atteint 25 millions d’euros.

En dépit de la nécessaire protection du loup dans le cadre du droit européen, des mesures d’adaptation sont jugées nécessaires pour réduire les conséquences de la prédation du loup et assurer une meilleure protection des activités des hommes dans les territoires ruraux et montagneux.

Pour bien comprendre, voici quelques infographies : Infographies loup, Le Monde, « Entre loups et éleveurs, une cohabitation difficile » 19.02.2018