Actus générales

Les forêts européennes : un des piliers de la politique climatique

—  14 septembre 2017

« Le Parlement européen fait de la gestion active et durable des forêts un des piliers de la politique climatique de l’Union. C’est une excellente nouvelle pour la France, grand pays forestier, et pour notre filière bois ! », s’est réjoui Michel Dantin, député européen, suite à l’adoption de la position du Parlement sur la révision de la directive LULUCF, aujourd’hui en session plénière.

La directive LULUCF vise la prise en compte des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre résultant de l’utilisation des terres, du changement d’affectation des terres et de la foresterie. Elle constitue l’un des trois piliers du cadre d’action de l’Union européenne pour le climat et l’énergie à l’horizon 2030.

« Le potentiel des forêts européennes à la réalisation de l’Accord de Paris est extraordinaire, grâce à la capacité d’absorption du CO2 des arbres. Encore faut-il s’autoriser à exploiter nos ressources. J’entends par là, à faire donner aux forêts le meilleur d’elles-mêmes, dans le plein respect du développement durable et de la croissance de notre patrimoine forestier sur le long terme », a complété l’eurodéputé.

« La proposition respecte la compétence nationale en matière forestière et permet aux États membres de mettre en œuvre des politiques ambitieuses, adaptées aux ressources locales. C’est ma conception d’une Europe efficace. Celle qui fixe les règles du jeu et qui fait confiance aux acteurs légitimes à tous les niveaux », a conclu Michel Dantin.

Discours prononcé lors de l’assemblée politique du PPE, à Copenhague, le 4.09.2017

—  11 septembre 2017

Discours de Michel DANTIN co-président du groupe de travail sur la position du PPE sur le futur de la PAC : Pour une agriculture européenne forte, durable et innovante

Copenhague, 4 septembre 2017 – Assemblée politique du PPE

 

Monsieur le Président, Cher Joseph,

Monsieur le Ministre fédéral, Cher Christian,

Mesdames et Messieurs Membres de l’Assemblée Politique,

Je tiens tout d’abord à remercier le Président Joseph DAUL de l’honneur qu’il m’a fait en me confiant la co-présidence de ce groupe de travail. Je tiens également à remercier Christian SCHMIDT pour sa confiance dans ce processus. Enfin je tiens à remercier tous ceux qui ont participé ou qui nous ont accompagnés dans  ce travail collectif, auquel ont contribué une trentaine d’expert,  qui vous est soumis aujourd’hui

La politique agricole commune est la première des politiques européennes. Au cours des 50 dernières années, elle a été le cœur de l’intégration européenne et elle doit le rester. Aujourd’hui le secteur agricole  emploie 44 millions d’européens et dégage 130 milliards d’euros d’exportations par an. Pour autant nombre de paysans ne tirent pas de leur activité un revenu décent.

Au fil de ses évolutions, la PAC a fait de l’Europe un leader mondial agricole en établissant les critères alimentaires, sanitaires, environnementaux et  climatiques les plus ambitieux au monde.

Nous devons le répéter, crise après crise, à celles et ceux qui malgré tout doute.

(suite…)

Les eurodéputés discutent de la manière de gérer le scandale des œufs contaminés

—  11 septembre 2017

L’Union européenne dispose d’un mécanisme d’alerte rapide en matière de sécurité alimentaire, mais il ne semble pas avoir bien fonctionné. Les eurodéputés souhaitent que le système soit plus strict pour éviter que ce genre de problème ne réapparaisse.

[INTERVENTION] Enjeux et perspectives de l’apiculture en Europe

—  1 septembre 2017

Retrouvez mon intervention sur les enjeux et perspectives du secteur de l’apiculture dans l’Union. Dans le cadre d’un rapport d’initiative, je vais proposer des orientations pour relever les défis majeurs auxquels le secteur fait face : surmortalité des abeilles, multiplication des maladies et parasites, baisse de la production de miel, concurrence des pays tiers ou encore lutte contre la fraude au miel frelaté.  Je milite pour une meilleure formation des apiculteurs à la protection des abeilles, un investissement et une coordination des travaux de recherche au niveau européen sur les pollinisateurs, le développement de traitements efficaces contre les différents risques sanitaires, à commencer par la lutte contre le Varroa, et pour le doublement du budget européen en faveur des Programmes apicoles nationaux.

 

Prédation du loup : réponse du Ministre Nicolas HULOT

—  1 septembre 2017

En juin dernier, javais sollicité l’attention du Ministre de la transition écologique et solidaire au sujet de la prédation du loup. Vous trouverez ci-dessous la réponse du Ministre Nicolas HULOT.

Courrier au Ministre HULOT Nicolas – Prédation du loup

Réponse du Ministre Réponse du Ministre HULOT sur prédation du loup, 10.08.2017

Prédation du loup : les éleveurs attendent du gouvernement des solutions pérennes

—  21 juillet 2017

 

 « La décision d’augmenter le quota de prélèvement de loups en France va dans le bon sens, mais elle est loin d’offrir, à elle seule, les garanties nécessaires à la poursuite de cette activité dans des conditions sereines et durables » a réagi Michel Dantin, Député européen du Sud-Est, suite à la publication du décret du gouvernement autorisant le prélèvement de 40 loups pour l’exercice 2017-2018.

Depuis plusieurs années, la filière de l’élevage est confrontée à une forte augmentation des attaques de loups sur les troupeaux, qui menace la pérennité de l’activité et ses nombreuses filières en aval. Les régions montagneuses, notamment le sud-est de la France, sont les premières concernées par les attaques de loups. En cinq ans, le nombre de bêtes tuées a plus que doublé, passant à près de 9000 en 2017. Le nombre d’exploitations ovines est passé de 95 000 en 2010 à 70 000 en 2016.
« Fin mai, j’avais interpellé le Ministre à l’environnement par courrier pour demander l’abatage de 2 loups supplémentaires – et obtenu gain de cause – alors que le quota était déjà épuisé au moment où les éleveurs partaient en alpage », a rappelé Michel Dantin.

« Les éleveurs attendent à présent des solutions pérennes et des moyens efficaces pour assurer la protection de leurs troupeaux sur le long terme. L’abattage de loups est une mesure d’urgence à l’impact limité », a expliqué l’eurodéputé, « j’appelle le gouvernement à tout mettre en œuvre pour obtenir la révision de la Convention de Berne et le déclassement du loup en tant qu’espèce strictement protégée », a-t-il ajouté.
La Convention de Berne a été signée en 1979 et ratifiée par la France en 1990. Elle vise à assurer conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe. L’agro-pastoralisme – l’élevage en prairies – permet notamment de répondre à ces objectifs en participant à la préservation des paysages et de la biodiversité.
« Aujourd’hui, ce sont les éleveurs qui sont menacés d’extinction. On constate déjà un fort recul de l’installation des jeunes professionnels, alors que l’élevage est une activité structurante dans ces territoires ruraux en perte de vitesse. Il est source de dynamisme économique et de tourisme », a conclu Michel Dantin.


Twitter

Intervention #egalim sur droit #concurrence & organisation des producteurs - des avancées sont en cours à… https://t.co/0V4ZP2m8re

Visite Parc nature du Plan de la Garde devenu un véritable refuge pour la faune et la flore, un véritable poumon v… https://t.co/2kQO8V4B90

Article sur mon intervention #Mercosur & offre #bovine - chiffre irréaliste? J'espère mais j'ai des doutes… https://t.co/0rjeMATieR