Actus générales

Herman Van Rompuy: «Le coût d’une non-Europe serait gigantesque»

—  24 mars 2017

L’Opinion 24.03.2017, Herman Van Rompuy: «Le coût d’une non-Europe serait gigantesque»

http://www.lopinion.fr/edition/international/herman-van-rompuy-cout-d-non-europe-serait-gigantesque-122637

http://www.lopinion.fr/edition/international/herman-van-rompuy-cout-d-non-europe-serait-gigantesque-122637

A la veille du soixantième anniversaire du traité de Rome, qui sera célébré le 25 mars, l’ancien président du Conseil européen Herman Van Rompuy, co-président du groupe de travail du PPE (Parti populaire européen) sur l’avenir de l’Europe, estime que la succession de crises a tellement augmenté l’incertitude et la peur que la confiance ne pourra pas revenir facilement. Convaincu que l’Europe est une grande réussite, il appelle à construire un nouveau récit.

Les Européens vont célébrer le 60e anniversaire du traité de Rome. Ont-ils vraiment des raisons de faire la fête ?

Bien sûr que oui. Si les Pères fondateurs revenaient aujourd’hui, ils verraient toutes les avancées accomplies depuis 60 ans. Nous étions six, nous sommes vingt-huit, nous étions 150 millions d’habitants, nous sommes 500 millions, nous avons un vrai marché commun, et même une monnaie unique pour la majorité des pays de l’Union européenne. Jamais on n’aurait cru que tout cela serait possible. Si on remet les choses en perspective, l’Union européenne est une grande réussite. Donc oui, il y a des choses à célébrer. Mais il ne suffit pas de dire qu’on aime l’Europe. Il nous faut un nouveau récit, pour comprendre dans quelle direction on se dirige. Tout le monde sait qu’on ne bougera vraiment qu’après les élections françaises et allemandes. Mais on peut dès maintenant commencer à réfléchir.

Même si le populisme est fort dans certains pays, je ne crois pas une seconde qu’il arrivera au pouvoir. Mais si on ne réussit pas à convaincre les Européens qu’ils sont vraiment plus protégés que par le passé, alors là, oui, j’ai peur que cela tourne mal

Que doit-on espérer de la Déclaration qui sera adoptée à Rome par les Vingt-Sept ?

Il faut d’abord rappeler notre acquis. On a réussi à établir des démocraties, des sociétés, des économies ouvertes. Cela a aussi créé une très grande prospérité. Le coût d’une non-Europe serait gigantesque. Mais on ne peut maintenir cet héritage que si l’on protège davantage les citoyens, contre le chômage, contre la précarisation de l’emploi, contre l’immigration massive illégale, contre le terrorisme, contre les inégalités, contre le dumping social, commercial et fiscal. C’est le plus grand défi, pour l’Union européenne comme pour les Etats membres. Je n’ai pas trop de craintes pour cette année électorale ; même si le populisme est fort dans certains pays, je ne crois pas une seconde qu’il arrivera au pouvoir. Mais si on ne réussit pas à convaincre les Européens qu’ils sont vraiment plus protégés que par le passé, alors là, oui, j’ai peur que cela tourne mal.

Le moral des citoyens est déjà au plus bas…

On enregistre des résultats, sur le plan de la croissance, de l’emploi, de la lutte contre le réchauffement climatique. Mais la succession de crises a tellement augmenté l’incertitude, et même l’angoisse et la peur, chez un grand nombre de citoyens, que la confiance ne peut pas revenir facilement et rapidement. Donald Trump ne nous a pas aidés : il inquiète une grande partie de la population, qui le juge imprévisible. Or le président américain est le commandant en chef de la plus puissante armée du monde. Le seul pays industrialisé où le populisme est aujourd’hui au pouvoir, ce sont les Etats-Unis. (suite…)

Organisation d’un débat pour une gestion durable de l’eau dans agriculture

—  24 mars 2017

À une époque où l’agriculture emploie environ 44% de l’eau prélevée en Europe et où le changement climatique accroît les stress hydriques (sécheresses et inondations), l’approvisionnement en eau de qualité en quantité suffisante est un facteur clé de compétitivité pour les agriculteurs. Pourtant, l’agriculture est à l’origine d’altération de la qualité de l’eau en Europe. L’irrigation intensive, les pesticides et les engrais ont un impact négatif sur 90% des bassins hydrographiques.

Si la Politique Agricole Commune, avec les mesures de développement rural, et la Directive Cadre sur l’Eau ont pour objectif d’améliorer l’état des cours d’eau, il n’en demeure pas moins que les écarts de mise en œuvre entravent la réalisation des objectifs.

En tant que Président du groupe de travail « eau et agriculture » du Parlement européen, j’ai ainsi souhaité réunir les acteurs de l’eau et de l’agriculture au niveau européen dans le cadre d’un débat mardi 21 mars. Invitées à intervenir, les directions générales de l’agriculture et de l’environnement de la Commission, l’ONG WWF, la fédération européenne des agriculteurs Copa-Cogeca, et celle des entreprises de l’eau Eureau, ont ainsi souligné l’importance de la responsabilisation des acteurs locaux sur la qualité de l’eau et la nécessité d’investir dans la recherche de solutions innovantes.

Retrouvez l’intégralité des documents de la réunion ici : http://ebcd.org/event/sustainable-management-water-agriculture-addressing-pressure-agriculture-achieve-goals-wfd/

 

L’Europe soutient l’investissement dans nos territoires

—  23 mars 2017

Le 24 juin 2015, le Parlement européen a adopté le plus grand plan d’investissement mis en œuvre par l’Union européenne. Le « plan Juncker » a pour objectif de stimuler l’économie en comblant l’insuffisance d’investissement en Europe. Doté de 21 milliards d’euros, ce Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) est destiné à financer les secteurs porteurs de croissance comme le numérique, l’énergie, les réseaux de transports, la recherche, l’innovation ou encore l’éducation et la formation. Grâce à un effet de levier, il permettra de lever 315 milliards d’euros d’investissements supplémentaires dans les trois prochaines années, grâce aux fonds mobilisés par la Banque européenne d’investissement (BEI) et aux cofinancements publics et privés qui les compléteront. Avec 57 projets retenus, 4.1 milliards d’euros de financement approuvé par le groupe BEI et plus de 20 milliards d’euros d’investissement associés, la France est l’un des États membres de l’Union où les porteurs de projet se sont le mieux mobilisés. Plus de 1300 PME françaises ont également bénéficié d’un prêt à l’innovation. Cette vidéo présente les premiers projets soutenus par le plan Juncker et leurs impacts sur notre territoire.

la_france_et_ses_territoires_fr                      la banque europeenne d investissement en bref

        La Banque Européenne d'Investissement en bref

2016, une année exceptionnelle pour le Groupe BEI en France

2017-03-22_18-34-02

 

[INTERVENTION] Présentation des propositions du Parlement sur le règlement Omnibus

—  22 mars 2017

A la demande des co-rapporteurs Paolo DE CASTRO et Albert DESS, j’ai fait des propositions de clarifications, de simplification du règlement portant création d’une organisation commune des marché. Ces propositions visent à renforcer la position de l’agriculteur au sein de la chaine via la simplification des possibilités d’organisation, des dérogations au droit de la concurrence plus poussée, l’instauration d’un droit au contrat écrit et des mesures de prévention et de gestion de crise.

Ce projet de rapport écrit à six mains est disponible au lien suivant : Projet de rapport sur le règlement Omnibus

[INTERVENTION] Adoption du réglement Mercure

—  14 mars 2017

Adoption à une large majorité du rapport mercure en session plénière du parlement européen : 663 voix pour, 8 contre, 28 abstentions ! En tant que Rapporteur pour le groupe PPE, je me félicite de cette réforme ambitieuse qui place le continent européen en tête de la lutte contre la pollution aux métaux lourds dans le monde.

Le nouveau texte prévoit notamment de restreindre le commerce du mercure et de réduire la teneur en mercure de certains produits. Concernant les amalgames dentaires, seules les formes encapsulées sont autorisées garantissant à la fois la santé des patients et des praticiens. Les dentistes devront également s’équiper de séparateurs d’amalgame pour éviter tout rejet dans l’environnement. Pour les populations à risque (enfants, femmes enceintes), l’utilisation des amalgames est interdite, sauf avis médical contraire. Enfin, je me suis battu avec collègues du groupe PPE pour obtenir le stockage des déchets de mercure à l’état le plus sûre, c’est-à-dire après un processus de stabilisation.

Face à la pollution aux métaux lourds, le règlement mercure est l’exemple d’une Europe efficace qui protège ses citoyens. Retrouvez mon intervention

 

[PRESSE] La PAC prend l’Omnibus

—  10 mars 2017

La PAC prend l’Omnibus Pour la Montagne, Février 2017

2017-03-10_18-15-01


Twitter

Quel avenir pour le secteur de l'#élevage de viande bovine - une question au centre des débats avec @MaireadMcGMEPhttps://t.co/M00HwOybAQ

Dans l'hémicycle du Parlement européen pour la célébration des 60 ans de la construction européenne @PPE_FR @PPE https://t.co/Oiuk9Q7ZkK

J'accueille aujourd'hui avec ma collègue @MaireadMcGMEP une conférence sur le futur de l'#elevage #bovin en #Europehttps://t.co/difpYGGP1b